Ana Pontón, la nationaliste galicienne qui chante pour Raphaël et est la partenaire d'une célèbre star de cinéma

Ana Pontón, la nationaliste galicienne qui chante pour Raphaël et est la partenaire d’une célèbre star de cinéma

La campagne et
victoire mélancolique d’Ana Pontón (46 ans) aux élections galiciennes confirme une fois de plus quelque chose de surprenant : alors que les candidats ont l’habitude de prendre des photos avec leurs partenaires, des femmes impeccablement habillées qui soutiennent leur mari dans l’ascension politique, les femmes au pouvoir apparaissent sans leur mari. Seule ou, dans le cas d’Ana Pontón également, soutenue par ses parents, toujours prêts à hypothéquer une partie de leur intimité en faveur de leurs filles.

Il est triste de penser que les maris des politiciens, pour une raison quelconque, disparaissent de la photo. C’est un
décision politique stratégique, pour qu’aucun homme ne leur produise une ombre paternelle, ou est-ce eux qui ne se voient pas à côté d’une femme de pouvoir ? La première option est celle qui semble la mieux adaptée au cas de Pontón. Sa compagne est également célèbre : la directrice de la photographie Alberte Branco.

La vie secrète de Yolanda Díaz : un travail de serveuse, un mari fantôme et une perte difficile à surmonter

Dans le milieu cinématographique galicien, Alberte Branco est déjà connue comme directrice de la photographie grâce à plusieurs prix internationaux, dont celui du Festival du film de New York. Sa carrière est
méritoiredepuis ses débuts comme reporter-caméra à la télévision publique régionale.

Par coïncidence, Branco est né à Fene, la même ville où a grandi Yolanda Díaz, dont la candidature a été
détruit par Pontón. Autre hasard : Ana Pontón était étudiante à la Faculté des Sciences Politiques de Saint-Jacques-de-Compostelle de Marta Lois, la candidate de Díaz à Sumar. Le monde politique est également un mystère en Galice.

Ana Pontón et Alberte Branco ne se sont pas mariées

Branco n’a pas participé à la campagne d’Ana Pontón, bien que son compte Twitter personnel ait demandé le vote pour son partenaire amoureux et ait célébré les résultats. Il peut également être placé derrière la caméra de certaines pièces spécialement soignées, comme
un clip dans lequel apparaissent Pontón, sa fille Icíar et son père.

Alberte et Ana sont ensemble depuis près d’une décennie mais
ils ne se sont pas mariés, même si en plus du projet de parentalité, ils vivent ensemble comme toute autre famille dans un appartement au centre de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils conduisent une Renault Mégane : rien d’extraordinaire.

Il existe une certaine réciprocité cachée entre Pontón, Branco et leurs carrières professionnelles respectives. S’il soutient la candidate dans un milieu très calculé, elle fait de même que
producteur de certains de ses films, par exemple « Trazos » (2016). C’est peut-être cette expérience qui lui a donné envie de devenir réalisatrice, ce qu’elle a fait avec le court métrage « Nós mesmas » (2018).

Dans ce court métrage, cinq femmes de San Sadurniño partagent, sans scénario préalable, leurs expériences, leurs rêves et leurs frustrations lors d’un voyage à Feve. Cela répondait au féminisme dont Ana Pontón se vante toujours. Donc je n’ai pas parlé
sa relation avec Brancobien qu’au Faro de Vigo il ait laissé une phrase révélatrice : « Je suis un grand fan d’un groupe de Galiciens qui font des films fantastiques.

Pontón est né dans un village de moins de 400 habitants

An Pontón a quitté le village de Lugo où il est né, Chorente, à l’âge de 18 ans, précisément pour commencer ses études universitaires. Elle est la troisième de quatre frères et sœurs,
partageait une chambre avec sa grand-mère dans un manoir construit par son arrière-grand-père en 1904 et elle a eu de très bonnes notes à l’école : la fille parfaite. D’ailleurs, chez lui, les gens ont voté pour le PSOE.

Déjà à Saint-Jacques-de-Compostelle, il vivait comme
Étudiant en Sciences Politiques et du côté de l’Administration, les mobilisations contre la guerre en Irak et le désastre du Prestige, qui l’ont amenée à rejoindre la jeunesse du Bloc Nationaliste Galicien (BNG). À 27 ans, elle était déjà députée à la Xunta.

En 2012, il devient porte-parole du groupe parlementaire. En 2016, il devient porte-parole national. En 2020, année au cours de laquelle il a porté pour la première fois la candidature du BNH au poste de
présidence de la Xunta, a eu sa fille. Il l’a annoncé sur Twitter avec une joie incontrôlable et a reçu les félicitations d’Alberto Núñez Feijóo, qui lui a écrit en parfait galicien :

«Félicitations, Ana !! Bonne nouvelle. D’après mon expérience, une famille qui s’agrandit apporte de meilleures décisions et de plus grandes joies. Tout va bien ! Une fois ouverte. Pontoon n’a pas profité de tout son
congé maternité: Après trois semaines, il est revenu pour entrer en campagne. Lors de sa première campagne, elle a été vue à l’occasion avec Branco, elle très souriante et lui avec son bébé sur la poitrine, accroché dans un porte-bébé.

Branco n’était pas à l’accouchement car il filmait

On en sait un peu plus sur l’atterrissage de ce couple dans la maternité et la paternité. Elle a avoué dans une auto-interview sur son profil Twitter qu’« être mère est la
plus courageux Qu’est-ce que j’ai fait ». Il a déclaré dans une interview avec ‘Welab’ visible sur YouTube que sa fille est née pendant le tournage du documentaire ‘A Foreign Song’ (2022), aux États-Unis.

«J’ai reçu un message de ma compagne Ana: ‘Alberto,
Mon eau s’est cassée« Je vais à l’hôpital », a déclaré Branco. « Nous avons été choqués, mais nous avons continué à rouler. » Et il a ajouté : « Il est difficile pour elle de se séparer d’elle et de vous séparer maintenant qu’elle grandit. « Ce sont des moments très spéciaux et des souvenirs très émouvants sont créés. »

On sait peu de choses sur la vie privée d’Ana Pontón, même si elle a dit un jour que dans sa jeunesse elle était fan de basket-ball, mais qu’aujourd’hui
pratiquer le yoga parce que cela vous donne « plus de sérénité ». Dans le questionnaire de plus de 70 questions auquel elle a répondu sur son profil Twitter, quelques anecdotes curieuses ont été révélées, comme par exemple qu’elle était une grande fan de la sportive Spice, Mel C, et plus tard une admiratrice de Madonna.

Pontón les aime
karaoké, où il ne se prive pas de chanter ‘My big night’, de Raphaël. À l’époque, il s’essayait au tambourin et allait même en classe avec l’un des membres de Tanxugueiras, le groupe folklorique galicien qui concourait avec Chanel et Rigoberta Bandini pour aller à l’Eurovision.

A lire également