Comment minimiser la douleur - WeLife

Comment minimiser la douleur – WeLife

Nous avons tous ressenti une douleur spécifique. Un coup au coude, une chute, une entorse ou une dent ébréchée qui dit « me voilà ». Ils dérangent tous, mais savoir qu’ils vont finir aide à les supporter. Cependant, pour de nombreuses personnes, la douleur chronique devient un compagnon de vie. Une situation qui peut devenir insupportable.

Selon le Baromètre de la douleur chronique 2022 en Espagne, 25,9 % de la population souffre de douleur chronique. Cela représente un quart de la population, soit plus de 12 millions de personnes. De plus, ce rapport indique que 27,1% ne connaissent pas la cause de leur maladie ni ce qui leur cause de la douleur.

Pour aider ceux qui souffrent régulièrement de douleurs et pour que les autres puissent les comprendre, le Dr Alfonso Vidal, l’un des meilleurs spécialistes de la douleur, a écrit Vivez sans douleur. Le guide définitif pour le soulager et retrouver votre vie (éd. HarpersCollins).

Qu’est-ce que la douleur ?

Les experts disent que la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle. Cette expérience implique un ensemble de choses et est très personnelle. « Nous ressentons non seulement la douleur selon différentes intensités, mais nous l’interprétons dans le système nerveux central», souligne le Dr Vidal, « selon les circonstances, cela peut nous procurer de la joie ou de la tristesse. Ou, au contraire, que la joie ou le chagrin influencent la manière dont nous ressentons certaines circonstances.

La douleur peut ressembler à une piqûre, une brûlure, une électricité, un coup… « Ce sont les nuances de la douleur qui nous aident à comprendre quelles structures sont touchées. Ce qui n’est pas normal, c’est que la douleur persiste dans le temps, même après que la cause qui l’a provoquée ait disparu.

Causes de la douleur

Parmi les causes génératrices de douleur, le Dr Vidal souligne le processus d’usure dont nous souffrons, simplement en étant vivant. Aussi notre style de vie, plus il est négligent, plus cela peut causer de la douleur. De plus, il rappelle notre histoire et y les accidents, les coups qui vous sont arrivés. « Nous trouvons presque toujours un facteur qui nous guide généralement d’où vient la douleur. Nous pouvons contrôler certaines de ces causes, d’autres non », explique-t-il.

Il souligne donc qu’il est essentiel comprendre jusqu’où les professionnels de la santé peuvent aller avec les traitements. Mais aussi ce que vous pouvez faire.

Pour le comprendre, donnez un exemple pratique. « Si vous perdez une jambe dans un accident, notre science n’a pas actuellement les moyens de vous en donner une nouvelle. Mais nous avons les moyens de le remplacer. Pour que dans de nombreux moments, ce membre ne vous manque pas, car vous vivez la vie que vous feriez si vous ne l’aviez pas perdu. C’est ce que nous essayons de faire contre la douleur. Que vous pouvez mener une vie aussi semblable que possible à celle que vous aviez si vous ne l’aviez pas, sans limites », explique-t-il.

Bien entendu, cela nécessite une implication de la part du patient : « cela signifie souvent une discipline de viele travail, l’alimentation… Et parfois aussi une série de traitements chroniques comme on le prend pour d’autres maladies comme l’hypertension ou le diabète.

Manque de compréhension de la douleur

Ressentir une douleur chronique peut être très frustrant et très difficile. « La répétition d’efforts inutiles conduit à la mélancolie », cite le docteur Vidal le philosophe José Ortega y Gasset. « Quand vous avez quelque chose qui n’est pas résolu, mis à part le problème qui est toujours là, tu ne peux pas t’en remettre. Peu importe vos efforts, vous revenez en arrière et c’est terrible », commente-t-il.

Par ailleurs, le médecin cite le incompréhension sociale. Cette méfiance que génère la douleur, une expérience personnelle et intangible. Et donc peu démontrable. « Même de la part des personnes les plus proches de vous. Peut-être que vous dites : « hé, ça fait mal » et la réponse est : « eh bien, tu as l’air vraiment bien ». Parfois, lorsque les gens viennent à la consultation avec leur famille ou leur partenaire, ils nous le disent. Quand je leur dis oui, c’est pour telle ou telle raison, beaucoup de gens disent : « Vous voyez, c’était vrai ». Comme s’ils ne les croyaient pas du tout. »

Comment minimiser la douleur

Le livre du Dr Alfonso Vidal s’intitule Vivre sans douleur. Mais est-il possible de vivre sans ? La vérité est que non. « Vivre dans la douleur n’est pas possible parce que la douleur est un mécanisme de défense nécessaire. Il y a des gens qui souffrent d’un trouble de la sensibilité, ils ne ressentent donc pas de douleur et risquent de se faire du mal sans s’en rendre compte. Ce qui n’est pas nécessaire, c’est qu’il s’agisse d’une douleur soutenue d’une intensité impossible », explique le professionnel de santé.

Pour lui, le message important à faire passer est qu’« il y a des attentes, il y a des mécanismes, des professionnels et des traitements. « Ce message d’espoir est quelque chose que je pense important à transmettre. » Sr peut minimiser l’expérience de la douleur, pour atteindre le plus grand bien-être possible.

Le Dr Alfonso Vidal nous donne une série de recommandations pour agir contre la douleur chronique. Que nous souffrions ou, aussi, pour prendre conscience de ce que souffrent les autres.

Ne désespérez pas. Selon le Dr Vidal, prendre soin de sa santé mentale est essentiel lorsqu’on souffre de douleur chronique. « Il faut rechercher un environnement favorable et affectueux, un réseau de soutien », souligne-t-il.

Continuer les recherches. Parfois, le problème est que le professionnel consulté n’est pas le bon. « Tous les médecins ne sont pas spécialisés dans le traitement de la douleur. Si vous allez dans un magasin et qu’il n’y a pas d’oranges, vous allez dans un autre magasin. Parfois, il faut chercher», explique l’expert.

Repos. « La vie des gens est divisée en trois tiers environ. Nous en avons dédié un au sommeil, il est donc essentiel de bien se reposer. Un bon repos s’obtient avant tout en étant fatigué. « Que l’environnement soit favorable à cela », recommande le Dr Vidal.

Ergonomie au travail. « Si vous devez porter beaucoup de poids ou passer beaucoup de temps devant l’ordinateur, vous devez vous assurer que l’environnement est le plus approprié », suggère le médecin. « Par exemple, protégez-vous avec une casquette si vous restez longtemps au soleil. Soignez l’ergonomie de votre lieu de travail, avec une bonne chaise, la table à la hauteur adaptée… Utilisez des éléments de protection passive. Si vous sortez quelque chose du four, n’y mettez pas les mains, mais protégez-les plutôt avec un gant adapté », rappelle le médecin.

Une bonne nutrition… pour vous. Le médecin rappelle qu’il faut prendre des aliments favorables à la santé et au système nerveux, des vitamines, des minéraux, des oméga-3… Tout cela est important à prendre en compte, toujours adapté à votre situation. Évitez également les habitudes qui ne vous profitent pas, comme l’alcool ou le tabac. « Regardez quels aliments sont bons pour vous et lesquels ne le sont pas. Cela devrait être votre principal guide, avec une alimentation variée », conseille-t-il.

Consacrez du temps aux loisirs actifs. Autrement dit, profiter de nos passe-temps et de nos intérêts. « L’important est qu’il s’agisse de loisirs actifs », explique l’expert, « pour que l’on maintienne un bon tonus musculaire. L’exercice physique modéré et continu dans le temps est thérapeutique et préventif. « Cela améliore le tonus et le muscle soutient mieux le corps, prévenant ainsi les maladies. » Mais il souligne également que « ce qu’il faut faire, c’est prendre soin de sa santé mentale, c’est pourquoi sortir et être avec des amis est également fortement recommandé. Cela fait moins mal quand vous êtes avec vos amis et que vous passez une bonne journée.

Conscience sociale. Une plus grande sensibilisation sociale à la douleur chronique doit être encouragée. « Tant de la part de la société que des responsables. La prise de conscience du fait que la douleur est un problème doit venir en premier lieu de la société, après tous les professionnels de la santé. Et si vous n’êtes pas spécialisé, vous devez orienter le patient vers un professionnel qui l’est.

Parlez davantage de la douleur. Mais aussi, le médecin souligne que « les responsables de la santé doivent en être conscients. Tout comme tous les médecins savent ce qu’est le diabète et comment le traiter, chacun devrait savoir comment réagir à la douleur et déterminer quels sont les besoins du patient.

Prévenir. En plus de souligner que « les politiques devraient sensibiliser le public au problème des personnes souffrant de douleur chronique », le Dr Vidal rappelle que « nous devons travailler davantage sur la prévention. La société doit le comprendre, mais les autorités doivent le promouvoir. Si la société apprend à prendre soin d’elle-même, les symptômes seront moins intenses et pourront être mieux traités. En outre, il souligne qu’« il faut davantage d’unités contre la douleur, mais aussi une sensibilisation sociale ».

A lire également