Comment apprendre à utiliser la technologie sans devenir accro aux réseaux

Comment apprendre à utiliser la technologie sans devenir accro aux réseaux

Au cours des deux dernières décennies, le téléphone mobile est devenu presque une extension de nous-mêmes. Une extension qui nous prend également beaucoup de temps. A tel point qu’on ne sait plus comment faire sans le consulter. Lorsqu’un smartphone tombe en panne, le chaos est absolu. Nous souffrons de nomophobie. Nous y sommes tellement habitués que nous dépendons d’eux. Avec un téléphone portable cassé dans votre sac, même se rendre au magasin devient un calvaire. Comment savoir où il y en a une sans applications cartographiques ? Comment se divertir sur la route ? Comment être plus heureux dans ce monde digitalisé ?

Dans un monde envahi par la technologie, les réseaux sociaux sont devenus le terrain de jeu du quartier. Dans notre bande d’amis. Nous nous montrons en eux ou regardons les autres. Nous les considérons comme le miroir dans lequel nous nous regardons. Nous aspirons à la vie des autres. Nous essayons d’y montrer notre meilleure version. Et pendant ce temps-là, vous remarquez peut-être qu’un vide grandit en vous. Vous n’êtes pas le seul à arriver.

Depuis 2012, on observe une augmentation de la détérioration de la santé mentale des enfants, des adolescents et des jeunes. Egalement les addictions comportementales liées aux réseaux sociaux. Ces outils qui allaient nous transformer en un monde connecté nous éloignent peut-être plus que jamais les uns des autres. Constatant cette réalité, Marino Pérez Álvarez, professeur de psychologie à l’Université d’Oviedo, a décidé d’écrire L’individu flottantun livre dans lequel il analyse l’impact de la technologie sur nos vies et comment sortir de cette dépendance, pour essayer d’être heureux.

Pourquoi sommes-nous accros aux téléphones portables ?

Que penserait quelqu’un s’il sortait aujourd’hui d’un coma de 20 ans ? « Au moins, je suis sûr qu’il serait surpris », déclare Marino Pérez Álvarez. La profonde numérisation que le monde a connue nous a beaucoup changé. Toutefois, toutes ces transformations n’ont pas été positives. Ou du moins, pas pour tout le monde. Pour cette raison, le psychologue reconnaît que « le nouveau paysage humain a retenu son attention, celle de tous ceux qui sont accros à leur téléphone portable ». Ainsi que « savoir que l’utilisation des réseaux sociaux est associée à une détérioration de la santé mentale ».

De plus, l’expert a été intrigué de voir comment La technologie a généré des besoins très divers que nous n’avions pas. « Avant que cela existe, personne ne manquait le téléphone », souligne-t-il. Pourtant, cet accessoire populaire a fini par « créer et résoudre des besoins qui n’existaient pas. Par exemple, prendre des photos et les publier. Ces besoins créés ont fini par nous rendre accros aux téléphones portables, par exemple.

Essayer de comprendre ce crochet, son impact sur la santé mentale et comment la technologie transforme nos vies est l’objectif de son livre. « Tout cela, sans diaboliser les réseaux sociaux, mais sans cacher leur côté obscur », souligne-t-il.

Pourquoi se sent-on seul si on est hyper connecté ?

L’un des grands paradoxes de notre société est que nous sommes hyper connectés et, en même temps, plus seuls que jamais. Selon les données de l’Observatoire national de la solitude indésirable (SoledadES), plus de 40% des jeunes se sentent seuls. Le double de celui d’il y a dix ans et le double de celui des personnes de plus de 65 ans.

« Les réseaux sociaux nous rendent flottants et nomades, marins solitaires, souvent capturés par des algorithmes qui nous nourrissent avec le porridge que nous aimons », explique Pérez Álvarez. Il souligne par ailleurs que « paradoxalement, les réseaux sociaux contribuent à la solitude de notre époque : se sentir déconnecté à force d’être connecté ».

Pour expliquer cela, le psychologue a créé le terme « individu flottant ». Il s’agit d’un type de personne qui « génère des sociétés ouvertes et plurielles comme la nôtre, qui offrent de nombreuses possibilités sans qu’aucune ne soit pleinement satisfaisante ».

Il l’appelle flottant car « cela fait allusion à la légèreté, à la légèreté de l’être et au manque d’ancrage dans quelque chose de solide et de durable. Quand on se retrouve aux dépens des modes, des tendances et des influenceurs. Bien qu’il s’agisse d’une situation adaptative, elle n’est pas exempte de dangers : « elle peut impliquer une légèreté insupportable de l’être, lorsque la vie n’a aucun sens : vide et sans espoir ».

Comment faire un usage raisonnable des réseaux sociaux

En plus de souligner que la technologie et la numérisation ont changé le paysage humain – ce qui se remarque au premier coup d’œil : nous portons tous notre téléphone portable –, Marino Pérez Álvarez souligne que Cela a également modifié « notre rapport au monde, aux autres et à nous-mêmes ».

D’une part, l’expert souligne que, dans notre relation avec les autres, nous utilisons des messages préfabriqués. Nous devenons moins spontanés dans nos relations personnelles. De plus, nous voyons le monde davantage à travers les écrans qu’en direct. Mais le plus inquiétant, prévient-il, c’est que « la relation à nous-mêmes n’inclut plus la pensée. Réfléchir est devenu insupportable, car nous sommes constamment sur notre téléphone portable.

Pour éviter cela, Pérez Álvarez fait appel à notre bon sens : « Tout est une question d’usage raisonnable : être plus utilisateur des réseaux que utilisé par eux. »

Comment les réseaux affectent le bien-être mental

Depuis 2012, on constate une détérioration croissante de la santé mentale des enfants, des adolescents et des jeunes, ainsi qu’une augmentation des addictions liées aux réseaux sociaux. L’impact de la technologie sur les mineurs est brutal. L’expert souligne deux effets principaux des réseaux sociaux sur les enfants, les adolescents et les jeunes.

« D’un côté, détériorer votre santé mentale (anxiété, dépression, anorexie, comportements d’automutilation). Autre, créer de nouveaux problèmes, comme la peur de rater quelque chose si vous n’êtes pas connecté (connue sous le nom de FOMO), la dépendance au mobile et l’égoïsme », prévient-il.

Cette selfite va au-delà du fait de ne pas cesser de prendre des photos pour les publier sur les réseaux. Dans le cas le plus extrême, prévient-il, on finit par « se rendre à la chirurgie esthétique pour ressembler à un de ces selfies ». On s’identifie davantage à son moi filtré qu’à soi-même tel qu’on est.

Apprenez à être heureux dans un monde numérique

Pour survivre dans ce monde numérique et essayer d’y être heureux, il faut commencer par arrête de regarder les écrans. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons réduire leur impact sur nos vies. « Nous survivrons au monde numérique dans la mesure où nous retrouvons le lien avec le monde analogique de toute vie : avec les choses, les autres et nous-mêmes », corrobore l’expert.

Il propose un slogan pour nos vies : « Plus de contact réel avec les choses et les gens et moins de photos et de messages ».
Quant aux mineurs, il précise également qu’une « régulation parentale et scolaire de l’utilisation du téléphone portable et la création de divertissements alternatifs facilitant les relations, les jeux et la lecture » seraient nécessaires.

Comment être heureux dans un monde numérisé

Être heureux dans ce monde digitalisé serait une sorte d’oxymore. Comme le souligne Pérez Álvarez, « dans le monde numérique, il est difficile d’être heureux car il est conçu pour capter notre attention et susciter des désirs continus qui ne sont jamais pleinement satisfaits ».

Par conséquent, le bien-être mental commence réellement par arrête d’être obsédé par le bonheur. La recommandation de l’expert est donc de « cesser de chercher le bonheur et de se concentrer plutôt sur la vie, plutôt que sur le nombril, avec un esprit sportif ». En d’autres termes, « préparez-vous, connaissez les possibilités et les limites, et sachez gagner et perdre ». Et cela se termine par une question qui donne matière à réflexion : « Pourquoi insister pour être heureux quand on peut être normal ?

A lire également