Pourquoi vous ne parvenez parfois pas à savoir où vous avez laissé vos clés (et autres astuces de votre cerveau)

Pourquoi vous ne parvenez parfois pas à savoir où vous avez laissé vos clés (et autres astuces de votre cerveau)

Avec plus de 46 000 abonnés, on peut dire que Saul Martínez-Horta (@smartinezho1) est le neuropsychologue le plus populaire du réseau social anciennement Twitter. Il y se consacre à expliquer les cas cliniques surprenants qu’il a traités. Ses fils fascinants, dont certains viraux, le montrent comme une sorte de neuro-Sherlock Holmes qui nous révèle les mystères du quotidien. Par exemple, comment oublier le nom de quelqu’un peut-il réellement être un tour que ton cerveau t’a joué. Ce merveilleux organe que nous pouvons même entraîner.

La vérité est que lorsque vous écoutez Saul Martínez-Horta parler de notre cerveau, il semble qu’il ait sa propre vie. Et il y en a un peu. « À votre avis, qui corrige automatiquement une faute d’orthographe lorsque vous tapez sur l’ordinateur ? Ou quand vous conduisez et que vous corrigez sans réfléchir une petite erreur ? » demande le médecin. La réponse est, bien sûr, le cerveau.

Perdre vos clés et autres astuces de votre cerveau

Il est spécialiste en neuropsychologie clinique à l’hôpital Sant Pau de Barcelone, où il étudie la maladie de Huntington, entre autres troubles du mouvement. Martínez-Horta dirige également le département de neuropsychologie du Centre de diagnostic et d’intervention neurocognitive (CDINC). L’idée de son nouveau livre est née de sa relation avec les patients, Où sont les clés (éd. GéoPlanète). «Beaucoup de gens vous posent des questions sur les événements qui font partie de la normalité d’un point de vue neurologique et neuropsychologique. Avec ce livre, ils pourront comprendre comment nous travaillons et pourquoi cela leur arrive », dit-il.

Cela fait référence au moment où, par exemple, vous ne trouvez pas vos clés. Quelque chose qui nous est arrivé à tous. Peu importe vos efforts, vous ne vous souvenez plus où vous les avez laissés… « Au fond, ce n’est pas que nous avons oublié où nous les avons laissés, mais que nous n’avons pas appris où nous les avons laissés», précise le médecin. L’explication est que pour que le phénomène d’oubli se produise, il faut d’abord avoir appris. Pour cela, nous devrions porter notre attention sur ce qui se passe. Mais nous ne le faisons pas toujours. En fait, pas dans la plupart des cas.

Si tu n’apprends pas, tu ne te souviens pas

Le Dr Martínez-Horta indique que « nous vivons en affichant de nombreux comportements automatisés que nous ne supervisons pas et qui ne sont pas non plus incorporés comme mémoire ». Du moment où vous vous réveillez jusqu’à votre arrivée au travail, de quoi pourriez-vous vous souvenir ? En réalité, peu. Ce n’est pas que vous soyez un robot, mais nous passons en mode robot lorsque nous effectuons des tâches quotidiennes. Notre cerveau, toujours attentif, veille à ce que nous puissions le faire sans problèmes majeurs. Mais Nous ne pourrons pas nous en souvenir, car nous n’avons pas été attentifs.

Comme dans de nombreux cas, ce que nous faisons est un automatisme, nous ne faisons pas attention à ce que nous faisons et cela signifie que, à certaines occasions, lorsque nous partons à la recherche de ces clés perdues, nous n’avons aucune idée de l’endroit où nous les avons laissées. « De la même manière que lorsque vous marchez dans la rue et que vous voyez des gens, plus tard, vous ne vous souvenez plus de la façon dont ils étaient habillés, parce que vous n’y avez pas prêté attention. La même chose se produit dans de nombreuses activités quotidiennes », explique le médecin.

Votre cerveau reconstruit vos souvenirs

Le cerveau peut nous jouer de nombreux tours. Peut-être plus que nous ne le pensons. Mais ils ne sont pas contre nous, bien au contraire. Ils nous aident à avoir une plus grande efficacité cognitive. Pour que vous puissiez traverser la vie sans avoir à vous épuiser en étant attentif à tout ce qui se passe autour de vous.

Pour le comprendre, il faut comprendre que « dans une large mesure, le cerveau est un système dédié à prédire ce qui va se passer et qu’une partie très importante de la réalité, sinon la totalité de la réalité dont nous faisons l’expérience, est un prédiction», souligne Martínez-Horta. « Nous voyons et ressentons ce que le cerveau anticipe comme étant le plus probable. » Pour cette construction basée sur les probabilités, le cerveau utilise plusieurs ressources pour effectuer ce travail. Ce est à dire, transforme ce que nous vivons.

Comme l’explique le neuropsychologue, ces pièges que le cerveau nous tend nous sont en réalité très utiles. Ce qui se passe, c’est que nous ne réalisons pas qu’ils se produisent. « Par exemple, lorsqu’il reconstruit nos souvenirs, il y intègre des éléments qui les rendent plus cohérents ou plus conformes à notre réalité. » L’expert souligne l’importance de garder à l’esprit que «Ce dont nous nous souvenons, ce n’est pas comment cela s’est produit, mais comment cela s’est transformé.».

Mythes liés au cerveau

Dans Où sont les clés, Saul Martínez-Horta s’efforce également de clarifier de nombreux mythes qui circulent en toute impunité à propos du cerveau. Par exemple nous n’utilisons que 10% du cerveau. « C’est une affirmation absurde et sans fondement », souligne-t-il. « Si les gens savaient à quel point nous savons comment fonctionne un cerveau, ils seraient surpris. Ou manipuler son fonctionnement pour améliorer la santé des personnes atteintes de maladies.

Un autre mythe qui ressort est que Le TDAH est une invention pharmaceutique. « Cela fait beaucoup de dégâts. Pendant que deux personnes discutent pour savoir si le TDAH est une invention ou non, il y a une personne qui en souffre », souligne-t-il. Il précise toutefois qu’« il y a effectivement un surdiagnostic, mais cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas ». Pour cette raison, il souligne que nous devrions être mieux informés « pour comprendre les enfants et les adultes atteints de TDAH ».

Au final, plus vous en saurez sur le fonctionnement de votre cerveau, et de celui des autres, moins vous serez mal informé et plus vous pourrez vous émerveiller devant cet organe qui nous accompagne tant et si bien dans la vie.

Comment prendre soin de votre cerveau

Parmi les recommandations pour améliorer l’efficacité de notre cerveau, le Dr Martínez-Horta en souligne une : le bon sens « Nous vivons à une époque où de nombreuses recommandations sont suggérées sans fondement scientifique », prévient-il, « mais la science ne se nourrit pas de croyances, mais de preuves. » Par conséquent, ses recommandations sont « basées sur le bon sens et sur la meilleure expérience que nous ayons dans l’univers, qui est la nature elle-même ».

Cela dit, il explique que « la meilleure façon de contribuer à la santé du cerveau est l’utiliser pour ce que l’évolution a construit pour luipour interagir avec d’autres individus, se connecter au monde, mémoriser, travailler et apprendre.

En outre, il commente qu’il faut tenir compte en parallèle du fait qu’il s’agit « d’un système fragile, car très complexe ». Pour cette raison, il conseille qu’« en plus de lui donner du repos, nécessite de ne pas le saturer. Un cerveau sain, c’est-à-dire un cerveau qui se repose, qui mange bien, qui n’est pas exposé aux drogues et, finalement, qui se nourrit des stimuli du monde dans lequel il est immergé.

A lire également