Charles III dort avec l'oxygène et d'autres misères secrètes du roi britannique

Charles III dort avec l’oxygène et d’autres misères secrètes du roi britannique

Il serait nécessaire d’analyser ce qui est responsable de l’accélération actuelle de la publication de livres consacrés à la famille royale britannique, même si un facteur non négligeable pourrait être l’expansion de cette niche en raison du scandaleux « Megit » du prince Harry et Meghan Markle. Celui que nous avons désormais entre les mains est signé par la journaliste hautement accréditée Ingrid Seward (76 ans), avec plus de 50 ans d’expérience dans le suivi des Windsor. Connu
les misères les plus secrètes du roi Charles III.

Seward publie « My Mother and I », une histoire sur la relation entre Charles III et sa mère, Elizabeth II. Le texte lâche bombe après bombe sur la vie privée du roi Charles et de sa famille, notamment en ce qui concerne le duc et la duchesse de Sussex. Cependant, ceux qui ont retenu le plus l’attention le concernent exclusivement. Par exemple : grâce à Seward nous savons que le monarque
dormir dans une tente hypoxie, où vous respirez une quantité contrôlée d’oxygène. Il est généralement utilisé par certains athlètes d’élite.

Pourquoi Charles III devrait pardonner au prince Harry (et la raison cachée de son voyage à Londres)

Bien que Charles III et Elizabeth II aient eu une éducation similaire, puisqu’ils ont tous deux été élevés par des nounous et des tuteurs, le style de vie qu’ils ont choisi n’a rien à voir avec cela. En fait, Seward révèle qu’Elizabeth II a assisté à la
exigences de luxe et de service C’est ce que fit son fils, sachant dès le berceau qu’un jour il serait roi. « La reine n’a jamais compris le style de vie capricieux de son fils et, en fait, elle a été déconcertée par le fait qu’il n’ait aucun respect pour les autres, probablement parce qu’il avait grandi entouré d’attention et d’attention », écrit Seward.

Carlos dort dans une tente à oxygène

«Carlos n’a aucune sympathie pour les maux insignifiants des autres, même si pour soulager sa sinusite
il s’offre le grand luxe de dormir dans une tente à oxygène », continue de révéler Ingrid Seward dans son livre. « Ni la fatigue ni l’insomnie ne lui semblent être des excuses qui justifient de manquer ne serait-ce qu’une heure de travail et, en fait, lui-même se lève tôt même le dimanche. Même quand on ne se sent pas en parfaite santé. »

Le prince de Galles et le duc de Susexx étaient rivaux dès leur enfance, révèle le livre « My Mother and I », de la journaliste britannique Ingrid Seward. /

Carlos était en colère contre les photos de sa mère

La relation mère-fils entre Charles III et Isabelle II n’a évidemment pas toujours été agréable. À plusieurs reprises, c’est lui qui a brouillé la communication, car il considérait que sa mère se soumettait, de temps en temps, à des « demandes indignes ». Par exemple, les photographies prises pour le livre d’Angela Kelly, sa couturière préférée. Carlos était gêné par le fait que sa mère « posait comme un mannequin ». «
Carlos entra en colère., parce qu’il pensait que c’était complètement inapproprié. « Elle ne voulait pas que quiconque profite de la nature confiante de sa mère. »

Meghan était aussi détestée que Wallis Simpson

Une autre bombe du livre concerne Meghan Markle et le surnom de code qu’elle avait à Buckingham : DoW. Il a été porté par le regretté prince Philip d’Édimbourg, car la duchesse de Sussex leur rappelait un autre
Duchesse américaine et divorcée qui était entrée dans la famille : Wallis Simpson, la duchesse de Windsor (d’où DoW : Duchesse de Windsor). Sans aucun doute, la femme la plus détestée de la famille pour avoir réalisé l’impensable : une abdication (d’Édouard VIII).

Harry et Guillermo étaient déjà rivaux lorsqu’ils étaient enfants

L’une des révélations les plus surprenantes du livre d’Ingrid Seward concerne la relation entre Harry et William, qui a été décrite comme plus ou moins idéale jusqu’à l’arrivée de Meghan Markle. Cependant, le journaliste révèle que lorsqu’ils étaient enfants, il existait déjà une rivalité entre eux. Et qu’Harry a développé une sorte de
complexe de supériorité pour y survivre : « J’ai fait comme si la seconde était meilleure. » Il a également tenté de monopoliser sa mère, Diana de Galles. Il ne voulait pas la partager avec son frère.

Le traitement favorable d’Harry lors de son mariage

L’une des anecdotes que Seward raconte dans son livre « Ma mère et moi » concerne le traitement favorable d’Elizabeth II envers Harry, dans une anecdote qui a rendu William furieux. Le duc de Sussex a demandé à la reine l’autorisation expresse de se marier en uniforme militaire, mais
sans se raser la barbe, ce que Guillermo ne pouvait pas faire. Lorsqu’il apprit que son petit frère avait demandé cette exemption, il se mit très en colère, interprétant cela comme une nouvelle tentative d’Harry de démontrer sa supériorité.

La robe Givenchy plus que blanche portée par la mariée Meghan Markle. /

La polémique sur la robe de mariée de Meghan Markle

Les chroniqueurs royaux n’ont trouvé aucune référence à un commentaire d’Elizabeth II concernant Meghan Markle. Cependant, Ingrid Seward a révélé ce que la reine avait dit à Lady Elizabeth Anson, l’une de ses dames d’honneur, entre autres choses.
De grands espoirs dans ce document, bien que le prince Philip l’ait averti de ses ambitions à la Wallis Simpson.

La journaliste britannique dévoile également les deux seuls commentaires qu’Elizabeth II a pu faire à Markle en dehors de son entourage. L’un d’eux, Harry, était  »
trop amoureux de l’actrice américaine. L’autre, que sa robe de mariée était «
trop blanc» et donc pas approprié pour le mariage d’une divorcée comme Meghan.

Le roi Charles III est gêné par son fils Harry

La reine Elizabeth II ne comprenait pas les raisons pour lesquelles Harry avait quitté la famille, ni les accusations qu’il avait portées lors des entretiens qu’il avait accordés à son arrivée aux États-Unis. Mais si le monarque était déconcerté et frustré par
L’arrogance d’Harry, son fils Carlos semblait extrêmement gêné par sa façon de contrarier sa grand-mère. Il était étonné qu’elle se compare à la princesse Margaret, même si elle la connaissait à peine. Il souffrait également du syndrome de la seconde classe, mais il n’a jamais trahi l’institution.

A lire également